Jeux d’écriture

Les ateliers « Jeux d’écriture » sont apparus dans le prolongement des ateliers IMPRO MOTS.

Ils ont été organisés par le Théâtre Les Tanneurs dans le cadre de ses activités au sein du quartier des Marolles. S’inscrivant dans le partenariat entre le Théâtre et le CPAS de la Ville de Bruxelles, ils ont été proposés à des enfants, des adultes et des personnes âgées présents dans les structures liées à ce dernier.

Ces ateliers d’improvisation écrite invitaient à effectuer un parcours composé à la base de 3 séances de 3 heures.

Présentation de l’atelier

Je propose un terrain de jeux, un espace d’exploration.

Il s’agit de faire un voyage dans le processus d’écriture et d’observer ce qui se passe, ce que l’on rencontre sur son chemin. C’est une démarche animée par le désir d’expérimenter et de découvrir.

Les jeux consistent essentiellement à se laisser guider par les images, les sons, les associations en donnant la possibilité aux mots de surgir, de nous entraîner et de nous surprendre. Explorer les possibilités de l’écriture comme moyen de transmettre des sensations au-delà de la signification des mots. Approcher des façons de créer qui n’ont rien à voir avec le contrôle et la volonté.

Le travail que je propose en écriture peut être comparé au travail d’improvisation des danseurs, des musiciens, des acteurs. Cela signifie que toute l’attention se porte sur le moment présent et la possibilité à chaque instant de repartir vers l’inconnu. Les textes ne sont pas les résultats recherchés, l’objectif est de développer la disponibilité et la capacité de se connecter à ses perceptions. Pour ce faire, j’utilise différents supports tels que la musique, des peintures, l’usage de la voix…

Je ne propose pas de retravailler les textes. À quoi cela sert de les écrire alors ? Pour répondre à cette question, j’utilise la métaphore du voyage : « à quoi cela sert de passer dans un pays si l’on n’y achète pas un terrain et que l’on n’y construit pas une maison ? » Ce qui m’intéresse, c’est d’emmener les participant·e·s sur des terrains que j’ai déjà explorés ou à explorer ensemble, et de les inviter à y faire leurs propres découvertes.

Contenu de l’atelier

Chaque atelier démarre par des associations de mots. Si rien ne surgit, la main reste en mouvement et répète le dernier mot mot mot… tant qu’un autre ne se présente pas. Les mots mènent aux phrases, aux textes. Progressivement sont introduites de nouvelles propositions telles qu’écrire en restant sur « un territoire » (qui pourrait s’appeler aussi « paysage » suscité par un mot, un morceau de musique, une photo, une peinture) ; jouer à s’en éloigner et à y revenir ; créer un texte commun dont les fragments successifs sont proposés à voix haute et notés par l’ensemble du groupe.

Quatre consignes essentielles sont présentes lors des 3 séances de base : ne pas se soucier de l’orthographe, écrire sans ponctuation, suivre la piste donnée par le dernier mot écrit et ne pas s’arrêter tant que la fin du temps prévu n’est pas annoncée. Si la première consigne concernant l’orthographe restera toujours d’application, les autres évolueront lorsque des ateliers réguliers seront mis en place dans certains groupes à la suite des 3 premières séances.

Une fois écrits, les textes ne sont pas modifiés. Ils constituent des traces, des témoignages de chemins parcourus, comme des photos ramenées d’un voyage. Lus à voix haute, ils permettent de donner à voir aux autres les espaces où chacun·e s’est aventuré·e.

Développements

Les premiers ateliers « Jeux d’écriture » sont mis en place au Théâtre Les Tanneurs en décembre 2008. Organisés par Patricia Balletti (à l’époque en charge des relations avec le quartier et les écoles), ils quittent souvent les murs du Théâtre pour se dérouler dans les locaux des structures qui en font la demande et connaissent de multiples développements jusqu’en février 2017 :

● des ateliers d’écriture sur plusieurs mois avec des enfants de l’Antenne sociale Béguinage et d’Habitat et Rénovation Querelle ;

● des ateliers « danse et mots » en collaboration avec la chorégraphe Caroline Cornélis pour des enfants de l’Antenne sociale Béguinage ;

● des ateliers de création théâtrale, invitant des enfants du Projet de Cohésion Sociale Radis-Marolles à créer des personnages, des situations et des dialogues, qui ont débouché sur la pièce « Voilà, c’était mon histoire ! » ;

● des ateliers pendant plusieurs années à la maison de repos et de soins “Aux Ursulines” et à l’Institut Pacheco menant à la publication d’un livre, à des lectures publiques et à l’écriture de la pièce de théâtre Boules de l’Yser ;

● la mise sur pied des ateliers « En Train – Décrire » plaçant l’écriture au cœur d’un voyage.

L’Enseignement de Promotion sociale à Bruxelles

Le comité des spectateurs du Théâtre Les Tanneurs

Le CARIA

Nativitas

Jamais sans Toit

Le Foyer des Jeunes des Marolles

La Mission locale d’Etterbeek

Le Comité Général d’Action des Marolles

Lire et Écrire

Une classe de 1ère secondaire de l’école Diderot

La maison de repos et de soins “Aux Ursulines”

L’Institut Pacheco

Le Centre social du Béguinage

Avec des enfants de 8 à 12 ans :

L’Antenne sociale Anneessens

L’Antenne sociale Béguinage

L’Antenne sociale Stéphanie

L’Antenne sociale Miroir

L’Antenne sociale Nord-Est

La Maison de Quartier Cité Modèle

L’association Habitat et Rénovation